Syndicate content

Camp de réfugiés de Kakuma : un impact social nuancé sur les communautés d’accueil Turkana

Varalakshmi Vemuru's picture


Le camp de réfugiés de Kakuma, dans le comté de Turkana, au nord-ouest du Kenya, abrite plus de 150 000 personnes, originaires pour la plupart du Soudan du Sud et de Somalie. Créé en 1992 dans l’une des régions les plus isolées du pays, c’est l’un des plus anciens camps de réfugiés au monde et ses résidents font désormais partie intégrante du tissu social, culturel et économique local.

Une première au Kosovo : les résultats de l’enquête PISA

Flora Kelmendi's picture
 Jutta Benzenberg (Banque mondiale)
Les résultats de l’enquête PISA 2015 révèlent un large écart de performance entre les élèves du Kosovo et ceux de la région. Photo : Jutta Benzenberg (Banque mondiale)



L’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) a publié les résultats de l’enquête PISA 2015 il y a quelques semaines. Des résultats passés au peigne fin par les responsables publics et les analystes de données dans le monde entier. Plus de 500 000 élèves représentatifs des quelque 28 millions d’élèves âgés de 15 ans scolarisés dans les 72 pays participants se sont pliés à l’exercice. Le Programme international de l’OCDE pour le suivi des acquis des élèves (ou enquête PISA) est mené tous les trois ans. Son objectif est de mesurer les compétences des élèves, en confrontant leurs connaissances en sciences, en compréhension de l’écrit et en mathématiques à la résolution de problèmes concrets. L’enquête PISA figure parmi les évaluations internationales les plus influentes en matière d’acquis scolaires ; elle fournit un riche éventail d’informations sur les atouts et les faiblesses des systèmes éducatifs, sous-tend l’élaboration de politiques éducatives efficaces et offre aux pays la possibilité de comparer leur performance à d’autres. 

Graphique : la pêche stagne tandis que l'aquaculture est en plein essor

Tariq Khokhar's picture

Alors que l'aquaculture, ou l'élevage en milieu aquatique, s'est consérablement développé ces dernières années, la pêche marine et fluviale a tendance à stagner depuis le début des années 1990. En 2013, près de 90 % de la pêche maritime surveillée par la FAO se situait à la limite des stocks durables ou en surexploitation. Un nouveau rapport estime que le secteur pourrait générer des gains additionnels nets s'élevant à 83 milliards de dollars à condition d'évoluer vers des pratiques de pêche plus optimales tout en accroissant la quantité, la qualité et la durabilité des récoltes.

En savoir plus : lire les conclusions du rapport.

En Côte d’ivoire, chaque histoire compte : un pont pour désenclaver les zones rurales

Jacques Morisset's picture


Le développement économique d’un pays ne se mesure pas uniquement à la taille d’une nouvelle route, ou au nombre d’usines, de centrales électriques et de ports construits. C’est aussi la somme d'histoires individuelles. Cette série de blogs publiée par le Groupe de la Banque mondiale, en partenariat avec Fraternité Matin et la bloggeuse Edith Brou, raconte l’histoire de ces héros ordinaires qui contribuent chaque jour au développement de leur communauté et dont la vie a changé grâce à un projet de l’institution. 

À propos de la version bêta du site Banquemondiale.org

Christine Montgomery's picture
beta.banquemondiale.org
Merci de partager votre expérience en répondant au questionnaire
cela ne vous prendra pas plus de 3 minutes.

Nous vous remercions de consacrer quelques minutes à l'utilisation de la version bêta du site banquemondiale.org. Dans le cadre de cette refonte, nous proposons une approche visuelle différente, avec une nouvelle barre de navigation et une nouvelle organisation de nos contenus. Notre objectif est de faciliter l'utilisation du site grâce à un système de navigation simplifié qui regroupe nos contenus au sein de catégories qui fournissent une vision d'ensemble de la mission de la Banque mondiale.

Les contenus restent les mêmes, 
c'est la navigation qui fait peau neuve.

Message à diffuser : recherchons femmes de sciences (pour nourrir le monde)

Francisco Obreque's picture



Il y a quelques années, je me suis soumis à un rigoureux processus de sélection en vue d’un poste de chercheur auprès d’une université allemande et je suis parvenu parmi les premiers candidats retenus, en concurrence avec une seule autre personne. Il s’agissait d’une femme, et bien que nos qualifications soient estimées égales, c’est elle qui a décroché le poste. L’université a opté pour elle en raison de ses très bonnes références mais aussi à cause de sa politique universitaire visant à écarter toute discrimination inconsciente lors d’un engagement : en présence de multiples candidats dont les qualifications étaient jugées équivalentes, c’est aux femmes que priorité était donnée.
 
Il reste encore beaucoup à faire pour augmenter la participation des femmes dans les sciences
—juste 28% des chercheurs du monde entier sont des femmes.

Comment notre hôpital au bord de la faillite est devenu un modèle de gestion basée sur la performance ?

En 2014 nous avons repris la direction de l’hôpital gynéco-obstétrique et pédiatrique de Yaoundé (HGOPY). Nous avons récupéré une institution confrontée à un endettement structurel chronique, avec de nombreux équipements et locaux vétustes. Aucun plan d’amortissement de la dette n’avait été mis en place et les dépenses non compressibles telles que les salaires et avantages des personnels étaient très élevés.

 



Ce genre de situation était malheureusement fréquent dans de nombreux établissements qui ont subi de plein fouet la crise économique et sociale qui a suivi l’ajustement structurel dans les pays africains. Le système de santé n’a pas été en reste. La décision d’augmenter les tarifs des prestations médicales a pénalisé les plus pauvres et limité leur accès aux soins de santé. Cela n’a pas tardé à avoir des conséquences sur les taux de mortalité maternelle et infantile qui ont augmenté.

Pour faire face à cette situation, les pays africains ont signé en 2000 la Déclaration d’Abuja, les engageant à consacrer au moins 15% de leur budget national à la santé. Au-delà de l’objectif de l’accès universel aux soins, le secteur devait améliorer sa performance, son efficacité et son efficience.

8 points clés pour accélérer l’inclusion financière

Douglas Randall's picture
Disponible également en : English
8 نُهج رئيسية للإسراع بتعميم الخدمات المالية

 

À la Banque mondiale, notre travail sur l’inclusion financière tourne autour d’une question essentielle : quelles sont les méthodes les plus prometteuses pour accroître l’accès et le recours des plus démunis à des produits financiers adaptés ? Une composante essentielle de ce travail consiste à se tenir informé des nombreuses expériences et des enseignements en provenance du monde entier, et de les prendre en compte dans nos recommandations à l’intention des responsables publics. Nous avons pensé qu’il pourrait être intéressant de présenter l’état actuel de nos réflexions sur le sujet, en recensant les huit approches principales par lesquelles on peut accélérer l’inclusion financière. Cette liste se place du point de vue des responsables publics et considère le fait que ces derniers ont un rôle multiple à jouer dans l’inclusion financière, car ils doivent trouver le juste équilibre entre promotion, protection et stabilité.

Une éducation de qualité pour tous : mieux évaluer les progrès en Afrique francophone

Raja Bentaouet Kattan's picture
 
Si des progrès remarquables ont été accomplis sur le plan de la scolarisation, l’accès de tous les élèves à une éducation de qualité constitue encore un défi de grande ampleur pour les pays d’Afrique de l’Ouest. Photo : Ami Vitale / Banque mondiale


L’accès à une éducation de qualité est l’un des instruments les plus efficaces pour réduire la pauvreté et les inégalités. Il est pourtant loin d’être acquis dans de nombreuses régions du monde. Le Programme d’analyse des systèmes éducatifs (PASEC) a été conçu pour évaluer les acquis scolaires des élèves en mathématiques et en français, et fournir ainsi des données comparatives internationales qui puissent servir de base au dialogue sur l’action à mener et à la coopération internationale. En 2014, dix pays d’Afrique de l’Ouest francophone se sont soumis à ces tests : le Bénin, le Burkina Faso, le Burundi, le Cameroun, la Côte d’Ivoire, le Niger, la République du Congo, le Sénégal, le Tchad et le Togo.

Les avancées progressives de la cause LGBTI au sein du Groupe de la Banque mondiale

Caroline Vagneron's picture

Les arguments en faveur d’un renforcement de la diversité et de l’inclusion des personnes lesbiennes, gays, bisexuelles, transsexuelles et intersexuées (LGBTI) sont désormais bien étayés, et on constate, dans le monde du travail, des progrès considérables sur le plan de l’égalité. Ce message fait également lentement mais sûrement son chemin au sein des organisations internationales. C’est le cas au Groupe de la Banque mondiale, où la diversité apparaît comme une source de productivité, de collaboration, d’innovation et de créativité accrues. Les politiques pro-LGBTI font ainsi reculer la discrimination à l’égard du personnel concerné et encouragent une culture d’entreprise plus ouverte. Ces avancées se traduisent à leur tour par une amélioration du dévouement au travail, des relations professionnelles, de l’état de santé (la dissimulation de l’orientation sexuelle accentue en effet les risques de détresse psychologique) et de la productivité chez le personnel LGBTI.


Pages